Ministère de l’Economie, de la Prospective et de la Programmation du développement

Sceau de Republique Gabonaise

Politique monétaire : Le Gabon au rythme des réformes

Logo

 Le Gabon au rythme des réformes

Le comité monétaire et financier national du Gabon s’est réuni le 22 février à Libreville. Au menu des travaux, passer en revue les réformes à intégrer sur le plan national en vue de diversifier les instruments de politique monétaire, selon la vision de la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC).

La première réunion annuelle du comité monétaire et financier national du Gabon s’est tenue le 22 février à Libreville. Autour du ministre de l’Économie et le gouverneur de la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC), les panélistes ont passé en revue la réforme du cadre opérationnel de la politique monétaire et l’amélioration du système de rapatriement des avoirs dans l’espace Cemac.

«Les prévisions sont nettement meilleures parce que nous projetons une croissance supérieure à 3%, alors que nous avons terminé l’année 2018 avec une croissance autour de 1,5%», s’est réjoui le ministre de l’Économie sur Gabon 1re. Selon Jean-Marie Ogandaga, cet horizon est rendu possible grâce à la réalisation des «investissements prévus dans les secteurs pétrolier et hors pétrole».

Sur l’amélioration du système de rapatriement des avoirs dans la sous-région, le gouverneur de la BEAC a affirmé que la réglementation d’échanges a été modifiée. «Tout ce que la banque centrale fait aujourd’hui, c’est pour renforcer le contrôle de conformité qu’exige ce texte. La banque centrale a rehaussé la capacité des directeurs nationaux à réaliser les transferts qui passent de 400 à plus de 600 millions de francs CFA, sur le plan local. Il peut s’agir de plusieurs opérations par jour, mais le niveauplafond a été rehaussé pour faciliter les opérations de transfert», a expliqué Abbas Mahamat Tolli.

Une réforme d’autant plus nécessaire que l’espace Cemac est situation de surliquidités. «Comment rationaliser la liquidité bancaire au niveau de notre sous-région, indépendamment des lieux pour que ces ressources parviennent à financer les besoins économiques dans tel ou tel pays de la communauté ? Tel est tout l’enjeu de l’amélioration du système de rapatriement des avoirs dans la sous-région», a conclu le gouverneur de la BEAC.

Publié le : 25 / 02 / 2019

Connexion Visiteur en ligneConnexion